Henri Tisot
blog
Plus gaulliste, tu meurs !

Henri Tisot blog  Plus gaulliste, tu meurs !

LETTRE PREFACE DE MAURICE DRUON.

                     En guise de préface,

lettre de Maurice Druon de l'Académie française.

 

Maurice Druon           Paris le 10 février 2005.

MD-amh/74/2005                        

                                   Cher Henri Tisot, cher ami,

      Comment vous dire l'émotion avec laquelle j'ai lu votre magnifique texte sur le Général de Gaulle et ses obsèques ?

       L'admiration, la gratitude et le talent s'unissent pour témoigner de ce que nous devons à celui qui nous rendit l'honneur d'être Français, d'abord en incarnant, seul, la France devant l'univers, puis en remettant la France debout.

      Nous l'avons servi, chacun à notre manière, et nous lui gardons une inébranlable fidélité.

     Je veux répondre à vos souvenirs du 12 novembre, en vous envoyant les miens. Vous étiez à Colombey auprès de mon cher Michel Droit. C'était bien votre place. Et moi, j'étais sous l'Arc de Triomphe, pour donner voix à l'hommage de la nation. Croyez-moi, admirativement et amicalement.

    Je vous serre affectueusement les mains.

                                                                                Votre dévoué

                                                                               Maurice Druon.

« Ami, entends-tu

   Le vol noir des corbeaux

   Sur nos plaines ?

   Ami, entends-tu

   Les cris sourds du pays

   Qu'on enchaîne ?

   Ohé ! partisans,

   Ouvriers et paysans,

   C'est l'alarme !

   Ce soir l'ennemi

   Connaîtra le prix du sang

   Et des larmes ! »

   Chant des partisans. Paroles de Joseph Kessel et Maurice Druon, son neveu sur une musique d'Anna Marly.

 



15/02/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres